L’autonomie au cycle 2

Comment gérer l’autonomie des élèves en CE1-CE2 ?

Vous est-il déjà arrivé d’avoir des élèves qui, une fois leur travail terminé, « ne savent pas quoi faire » ? Ou des élèves qui restent inactifs pendant que leurs camarades planchent encore sur leurs exercices ? Pour moi, la gestion de l’autonomie a été longtemps une source de stress.

En tant qu’enseignant.e, notre but est de rendre les élèves autonomes et acteurs de leur propre réussite. Voici ce que j’ai mis en place dans ma classe afin de leur permettre de gagner en indépendance et en responsabilité.

Voici mes conseils pour gérer l’autonomie au cycle 2. 

1. Les fiches à disposition

Tout d’abord, j’ai remarqué que certains élèves étaient parfois beaucoup plus motivés à terminer leur travail correctement lorsqu’un nouveau « cache-cache » était mis à disposition dans l’espace dédié.

Dans ma classe, j’ai aménagé tout un coin « autonomie ». Vous pouvez en voir un morceau sur la photo :

J’ajoute régulièrement des fiches qui leur plaisent dans les bannettes dédiées. Je vais les chercher un peu partout ou je les crée moi-même en fonction des notions abordées et des thèmes du moment.

Voici quelques exemples :

  • Les mots-mêlés sont une source sûre, cela leur permet de se concentrer, s’entraider et réviser le vocabulaire en cours. Je vais souvent piocher chez Bout de gomme ou alors je les crée moi-même à partir de cet outil. L’outil permet aussi de créer des mots croisés !

 

  • Le Pixel Art qui est un incroyable entrainement de repérage sur un quadrillage. Il y en a de nombreux ici !

 

  • Ayant récemment travaillé sur le thème du « Voyage dans le temps » les documents de compréhension de Classe et Grimaces (plutôt CE2) étaient très bien faits.

 

  • Je leur propose aussi des dessins par étapes (ceux de Lutin bazar par exemple) et des dessins à compléter (Bout de gomme) qui plairont à ceux qui aiment tout particulièrement l’art, des coloriages (classiques et magiques) qui fonctionnent toujours !

 

Je leur mets une petite sélection de deux ou trois fiches pour qu’ils aient le choix de l’activité qu’ils mèneront une fois leur travail obligatoire terminé.

S’ils ne terminent pas leur fiche le jour même ils la rangent dans une pochette « autonomie » qui leur permet de toujours trouver une chose à faire.

Lorsqu’elle est terminée, la fiche doit être déposée dans une bannette « travail terminé » afin d’être corrigée et rangée.

Tout l’intérêt de ce fonctionnement est de ne pas forcer l’activité. L’idée, c’est de se détendre en attendant le prochain travail, de pouvoir se déplacer dans la classe pour aller chercher son activité et choisir une occupation plaisante.

Les avantages :

– Les consignes sont simples et ils n’ont généralement pas besoin d’aide pour les comprendre. C’est un gain de temps précieux pour aider les élèves qui ont besoin d’accompagnement.

– Ils ont le CHOIX ce qui entraine généralement une hausse de la motivation

 

Mais cela fait encore beaucoup de feuilles à imprimer et à corriger…

Attention à toujours vous méfier des élèves qui se précipiteraient dans leur travail pour aller chercher de l’autonomie ! La liberté va de pair avec la responsabilité et cela fait partie des sujets que nous abordons lors de nos conseils d’élèves, un article paraitra à ce sujet.

 

2. Des jeux

Outre les fiches qui sont à renouveler régulièrement, je leur laisse à disposition des petits jeux grâce auxquels ils peuvent apprendre en s’amusant, seuls ou à deux.

Voici quelques exemples :

  •  Des memory : on en trouve une multitude sur internet ! Cela leur permet de travailler leurs compétences de repérage dans l’espace tout en révisant des mots de vocabulaire, des conjugaisons, des calculs… En APC, il m’arrive même de les laisser créer eux-mêmes leur mémory.

 

  • Le jeu « Brain Box » : celui sur le voyage dans le temps a été testé et approuvé dans la classe !

 

  • Jeux 2 mômes propose une bonne sélection de cartes éducatives en tout genre. Il faut bien sûr accompagner ces cartes de fiches autocorrectives afin que les élèves puissent se corriger seuls ou se faire corriger par un camarade.

 

  • Étant une enseignante formée en maternelle, j’ai apporté en élémentaire beaucoup de mes habitudes et idées. Ainsi, bon nombre de mes ateliers autonomes ont été adaptés aux besoins de mes élèves de CE1-CE2 : Cartes à pinces de grammaire, vocabulaire, mathématiques… Jeux de tri, d’associations avec des bouchons, tableaux à double entrée, repérage sur quadrillage, des lotos

 

  • En anglais, nous utilisons beaucoup de flashcards et jeux de plateau. Je leur laisse également la possibilité de jouer seuls ou à deux aux jeux qui ont déjà été utilisés pendant les séances.

     

    Les avantages :

    – Pas de feuilles à imprimer !

    – Des jeux qu’ils peuvent manipuler à l’infini et qui leur permet de retenir leurs tables, l’orthographe des mots, les terminaisons en conjugaison…

     

    Je suis tout à fait consciente que, lorsque les élèves jouent à deux, le volume sonore peut très vite monter. Nous avons également traité cette problématique lors de nos conseils d’élèves : un baromètre sonore a été mis en place et il régule l’utilisation des jeux.

     

    3. Le tutorat

    D’après les recommandations d’une conseillère pédagogique, j’ai essayé les « tétra’aide ». Ayant mis beaucoup de temps à les confectionner, j’avais très envie que cela fonctionne. Leur introduction a été précédée d’une séance sur l’entraide entre pairs. Chaque élève a passé un « permis tuteur » et reçu son propre tétra’aide.

    Les règles étaient simples :

    – Je peux aller aider les élèves lorsque mon travail est terminé et validé*

    Aider ne signifie pas faire à la place

    – Je dois toujours être respectueux

    *je ne corrigeais pas toujours mais je jetais un oeil afin d’être certaine que les exercices étaient compris

    Si les règles n’étaient pas respectées, je me gardais le droit de retirer le permis tuteur pour la journée.

    Je vous invite à télécharger ma version bilingue du tétra’aide. J’ai tendance à utiliser un certain nombre de petites expressions du quotidien en anglais. Raison pour laquelle j’ai apporté cette modification.

    Le tétra’aide est un concept qui aide la gestion du tutorat entre pairs mais elle permet également aux élèves de manifester leurs besoins sans déplacements ni paroles. Si vous avez l’occasion de les tester, ils ont grandement modifié ma position dans la classe.

    Autres idées pour l’autonomie : 

    – En plus de la bibliothèque, une sélection de livres « du moment » mise en évidence. Quand ils sont dans le coin « autonomie » et changés régulièrement, mes livres sont souvent beaucoup plus feuilletés, lus et empruntés 

    – Des affichages qui évoluent. Avec mon thème « Voyage dans le temps » mon affichage du coin autonomie évoluait selon la période historique. Nous avons vus divers alphabets, l’arbre généalogique des dieux et déesses grecs, les rois et reines de France… 

    – Des objets à manipuler : puzzles, globe terrestre, objets en rapport avec le thème du moment…

    Même avec toutes ces idées à mettre en place dans votre classe, certains élèves vous diront toujours qu’ils n’ont rien à faire. Pas de panique, c’est normal. Il faut parfois s’armer de patience et répéter ! 

    J’espère que cet article vous aura permis de trouver des idées pour l’autonomie de vos élèves. Si vous avez des conseils, n’hésitez pas à les partager. Je suis toujours à la recherche de nouvelles idées !

    À très bientôt,

    Alice

    3 Commentaires

    1. Valerie

      Bravo très bel article !!

      Réponse
      • admin

        Merci beaucoup, ça me fait très plaisir !

        Réponse
    2. Nathalie CZ

      C est vraiment très utile et professionnel. Bravo Alice et un grand merci.

      Réponse

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.