Faire de la grammaire CE1 CE2 et Fluence

Comment travailler la fluence en CE1-CE2 ? Quels outils et méthodes ?

Avez-vous déjà rencontré des difficultés à travailler cette compétence qui tient une place particulière dans le programme de cycle 2 ? De mon côté, j’ai essayé beaucoup de choses qui ont plus ou moins bien fonctionné. Voici les outils et méthodes que je recommande ! J’utilise les textes Faire de la Grammaire en CE1 CE2 de Picot pour travailler la fluence. Vous les trouverez en téléchargement à la fin de l’article. 

1. Pourquoi travailler la fluence ?

Lorsque nous apprenons à lire, notre objectif est avant tout de comprendre ce que nous lisons. Cette compréhension – la notre et celle de nos auditeurs – est facilitée par notre fluidité de lecture. Si je lis une histoire en ponctuant correctement mes phrases et en lisant les mots sans m’y reprendre à trois fois, mon auditoire aura plus de facilités à comprendre. Cette fluidité de lecture constitue un réel apprentissage, il est donc important de le travailler dès que possible.

Quand vos élèves seront capables de lire tous les mots d’une leçon, il leur sera nécessaire de s’entrainer pour éviter les hésitations. En outre, plus ils rencontrent un même mot, plus il leur est facile de l’identifier rapidement et sans hésiter.

Voici ce que préconise le document « Travailler la fluence » d’Eduscol : (mots correctement lus par minute)

CP

60 mots

CE1

70 mots

CE2

90 mots

CM1

110 mots

CM2

120 mots

2. Qu’est-ce qu’on évalue exactement ?

D’après « Fluence : Le guide » des éditions MDI, il s’agit de prêter une attention particulière à trois choses :

La précision : Le guide nous dit que c’est lire exactement ce qui est écrit, sans erreurs.

Il est possible d’obtenir un pourcentage d’exactitude avec ce calcul (nombre de mots lus/nombre de mots du texte) x 100. L’objectif étant d’atteindre environ 95%. En dessous de ce chiffre, le texte proposé à votre élève pourrait être encore trop difficile pour lui.

La vitesse : c’est le fameux « nombre de mots lus correctement en une minute » ou MCLM que vous avez peut-être déjà rencontré dans les évaluations de CP-CE1. Si l’élève ne va pas jusqu’au bout du texte, arrêtez le à 60 secondes et notez le nombre de mots atteint en soustrayant les mots lus avec des erreurs.

En revanche, si l’élève va jusqu’au bout du texte en moins de 60 secondes, faites ce rapide calcul : (nombre de mots du texte x 60) / nombre de secondes.

Le nombre de mots à atteindre approximativement selon le niveau de classe est rappelé dans le tableau ci-dessus.

L’expression : l’articulation, les liaisons, l’intonation, la respiration, le débit (qui peut-être adapté en fonction de ce que dit le texte)

 

Dans ma classe, les élèves avaient tendance à privilégier le second point d’évaluation en négligeant les autres. C’est pour cette raison qu’il est important de leur rappeler que la compréhension du texte (la sienne et celle des autres) est l’objectif de cet entrainement !

 

3. Un outil de suivi de la fluence très pratique

L’histogramme de maitresseuh est un fabuleux tableau de suivi pour l’année. Il est profitable à la fois à l’enseignant qui peut ainsi garder une trace facilement accessible des évaluations de fluence et à l’élève qui peut VOIR ses progrès.

C’est un grand tableau avec des cases qui correspondent chacune à 5 MCLM. Le but est de colorier le nombre de cases en fonction du score de l’élève.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet outil et sur les conseils de maitresseuh sur la fluence, je vous conseille vivement d’aller jeter un coup d’oeil à son article intitulé « Aider les élèves à lire plus vite, fluence et cie ».

J’ai adapté ce modèle pour qu’il corresponde aux textes de Faire de la Grammaire au CE1-CE2 de F. Picot, ouvrage que j’utilise pour le double niveau. Vous pourrez le télécharger à la fin de l’article.

4. Mon fonctionnement avec Faire de la Grammaire au CE1 CE2

J’utilise la méthode de F. Picot : Faire de la Grammaire au CE1 CE2 car elle me permet de faire la même chose avec les deux niveaux en apportant une légère modification pour les plus grands (textes plus longs, exercices différents…).

 

Première étape : découverte du texte

Presque chaque semaine, nous découvrons ainsi un texte qui est lu et étudié. Après avoir épluché la compréhension, la grammaire et l’orthographe, nous nous concentrons sur la manière de lire ce texte.

Cette séance hebdomadaire se résume à trois choses :

– D’abord, nous surlignons d’une couleur la ponctuation (cela aide les élèves à repérer les moments où marquer une pause et reprendre son souffle).

– Ensuite, nous surlignons d’une autre couleur les liaisons à faire absolument.

– Enfin, nous soulignons d’éventuels mots difficiles qui pourront être relus avant de commencer la lecture pour se les remettre en tête.

 

Deuxième étape : Entrainement

Avec leurs textes, mes élèves ont toujours un petit tableau pour noter le temps qu’ils ont mis à lire le texte (si moins d’une minute), le nombre d’erreurs qu’ils ont faites, leur score ainsi qu’un objectif qu’ils se fixent. Les objectifs peuvent être multiples : penser à respirer aux points, élever la voix lorsque c’est une question, bien lire tous les mots… etc.

Ces textes sont à travailler à la maison ou sur leur temps d’autonomie en classe. Pour cela, j’ai toujours un ou deux chronomètre à disposition afin qu’ils puissent s’auto-évaluer.

 

Troisième étape : Évaluation 

Ensuite, et seulement lorsqu’ils sont prêts (après 1, 2, 3 entrainement ou plus), les élèves peuvent passer à l’évaluation qui est faite par mes soins. Finalement, l’élève lit son texte en faisant de son mieux après avoir pu s’entrainer plusieurs fois. Je laisse toujours un petit temps de parole à l’élève évalué et surtout aux autres ! Il n’y a pas que moi qui ai le droit de dire ce que j’en ai pensé, j’encourage ses camarades à faire de même. En outre, même s’ils ne sont pas évalués, les autres ont toujours un crayon à la main pour relever les éventuels points sur lesquels l’élève lecteur pourrait s’améliorer .

Cette manière de procéder donne lieu à des échanges très riches et motivants. Mes encouragements sont précieux mais ceux d’un camarde sont encore plus touchants.  J’aime beaucoup entendre des « Tu t’es beaucoup amélioré », « Tu as très bien lu » et autres réjouissances !

 

Téléchargez le textes de Faire de la grammaire au CE1 CE2 de Picot adaptés à l’entrainement à la fluence !

CLIQUEZ SUR LES DOCUMENTS

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ! 

Je vous invite à retourner sur la page d’accueil pour consulter mes nouveaux articles.

Abonnez vous à mon compte Instagram et à ma page Facebook pour ne manquer aucune actu !

À bientôt !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.